Le persil (Petroselinum sativum) est « le roi des aromates », c’est une plante herbacée bisannuelle de la famille des Apiacées. On cultive surtout le persil plat et le persil frisé pour leurs feuilles aromatiques, elles rehaussent les plats, en tant que condiment. Moins connu, le persil tubéreux est cultivé pour sa racine, on considère toutefois ce dernier comme étant un légume-racine.

Le persil est facile à utiliser dans de nombreux plats et en plus il est bon pour la santé : il est riche en vitamine C, il favorise l’élimination d’eau et stimule l’appétit.

Climat

Le persil est une plante bien adaptée aux climats en France métropolitaine et Benelux. Les souches résistent au froid jusqu’à -9°C mais pas les feuilles qui ne résistent pas non plus aux gelées. La température optimale de croissance est de 15 à 18°C.

Sol

Le persil apprécie un sol riche, humifère, frais et drainé.

Variétés

Persil commun ou simple

Il existe la sous-variété « commun 2 »

C’est une variété ancienne et classique au feuillage plat, vert foncé, peu découpé et très parfumé. De croissance vigoureuse. Repousse sans arrêt jusqu’aux gelées. Culture facile, même sur un balcon.

Où la trouver ?

  • Baumaux (le moins cher en non traité, excellent rapport quantité/prix)

Persil géant d’Italie

C’est une variété très productive à grand développement et aux grandes feuilles plates vertes foncées. De bonne saveur. Repousse rapidement.

Où la trouver ?

  • Baumaux (le moins cher en non traité avec un bon rapport quantité/prix)
  • Le Biau germe (le moins cher en AB)

Persil frisé, frisé vert foncé

Nombreuses sous-variétés chez Baumaux

Cette variété produit un feuillage très décoratif, frisé et découpé, offrant un arôme un peu moins parfumé que le persil simple. De taille moyenne, il repousse rapidement après récolte. Bonne productivité.

Où la trouver ?

  • Baumaux (le moins cher en AB et bon rapport quantité/prix)

Persil Green Forest

Cette variété, adaptée à la sécheresse, se caractérise par des plantes vigoureuses produisant une abondance de feuilles vertes, doubles ou triples, à la saveur très appréciée.

Où la trouver ?

  • Kokopelli

Culture

La plus grande difficulté est au niveau du semis, mais nous allons voir comment le réussir facilement. N’hésitez pas à faire quelques potées de persil en fin d’été afin d’en avoir à récolter à l’intérieur durant l’hiver.

Exposition

Choisir un emplacement bénéficiant d’un bon ensoleillement.

Semis

Les téguments de la graine de persil sont coriaces ce qui fait que le persil met du temps à germer. Il faut compter au moins 20 jours pour qu’il lève. Pour gagner des jours on imbibe les semences 24 heures dans de l’eau tiède. Puis, on sème de préférence en contenant (godet, plaque alvéolée) ou en mini-mottes, ce qui permet un meilleur contrôle de la levée par rapport à un semis fait directement en place.

On peut semer le persil de février – mars à septembre.

Semis de persil en contenant

Voir ici le tutoriel pour le semis en mini-mottes

Vous pouvez remplacer les mini-mottes par des godets ou tout autre contenant pour semis.

Semis de persil en place (pleine terre)

La difficulté avec semis en place est qu’il va falloir maintenir une humidité quasi permanente jusqu’à la levée. C’est pourquoi je recommande le semis en contenants de préférence. Toutefois voici quelques conseils si vous souhaitez tout de même semer en pleine terre. Le début du printemps (fin mars – avril – mai) est plus indiqué à ce semis étant donné que l’hygrométrie est plus importante qu’en été.

  • Préparer la plate-bande en l’enrichissant avec du compost mûr
  • Tracer des sillons profonds de 1 cm (avec une serfouette) et distants de 25 – 30 cm (si vous voulez en cultiver beaucoup)
  • Semer une graine chaque centimètre environ
  • Refermer le sillon puis tasser avec le dos du râteau.
  • Arroser en pluie fine, abondamment pour le premier passage afin de bien plaquer les graines à la terre.

Il faudra ensuite veiller à garder la terre humide jusqu’à la levée. Vous pouvez vous aider de sac de jute à poser sur le semis et à imbiber d’eau. Surveillez très régulièrement et retirez-les dès que les premières plantules lèvent.

Éclaircir le semis au stade 4 ou 5 feuilles pour laisser seulement un plant tous les 7 à 8 cm.

Plantation

Les jeunes plants une fois suffisamment développés seront repiqués au jardin en respectant un espacement de 25 cm entre deux plants ou deux touffes de quelques plants.

Entretien

Le bon arrosage est la condition de la réussite du persil. Le sol doit être maintenu frais mais sans excès.

Récolte et utilisation

On utilise bien évidemment les feuilles en cuisine, la racine aussi peut se cuisiner.

Récolter les plus grandes feuilles portées par les tiges les plus à l’extérieur du plant, au fur et à mesure des besoins. Le persil se consomme frais de préférence, et s’ajoute en fin de cuisson pour conserver ses arômes.

Il sert à assaisonner presque tous les légumes, salades, crudités, fromages blancs, pomme de terre, farce.

Pour le conserver frais et à court terme, il se conserve bien quelques jours dans un verre d’eau, à condition de changer l’eau tous les jours. Il est possible sinon de le faire sécher mais c’est au détriment du parfum. Il est préférable de le hâcher grossièrement et de le congeler dans des bacs à glaçons (avec de l’eau), il gardera ainsi sa saveur et ses vitamines.

Pour poursuivre la production de feuilles la seconde année on coupe les tiges florales au printemps. L’année passée on aura éventuellement repéré les plus beaux plants que l’on laissera volontairement monter dans le but de faire des semences. Au mois d’août, lorsque les ombelles sont sèches, elles sont coupées et mises à sécher si elles ne se détachent pas bien, plus tard, il suffit les décrocher en les frottant. Si on récolte  également des semences de céleris on alterne les années de récolte avec le persil, en effet céleris et persils peuvent s’hybrider entre eux.