À la suite des semis faits en terrines, caissettes, plaques de semis à petites alvéoles, certaines espèces ne rejoignent pas directement le potager. C’est le moment de repérer les plus belles plantules puis de les repiquer en godets, pots ou en plaques de semis à grandes alvéoles.

Repiquage et rempotage, quelle différence ?

Le repiquage et le rempotage sont des termes presque synonymes. Le repiquage consiste à repiquer une plante dans un contenant qui lui permet de se développer suffisamment et sans concurrence avant sa plantation en place au jardin. Par exemple, suite à un semis de laitues dans une caissette, on repique les plus belles plantules dans une plaque de semis de plus grand diamètre.

Le rempotage est l’action de rempoter dans un contenant plus grand certaines plantes qui poussent déjà dans un contenant individuel. Les rempotages sont plus rares que les repiquages lorsque nous produisons des plants potagers. Par exemple on peut repiquer les aubergines issues d’un semis en terrine dans un godet, puis le plant obtenu est rempoté dans un godet plus grand. Ce dernier sera planté en place au potager.

Le terme repiquage est aussi parfois employé pour parler de plantation définitive : « j’ai repiqué mes poireaux, mes salades » etc.

Repiquer en contenants

Place à la pratique avec le repiquage des tomates en godets.

Et le repiquage des céleris, différent de la tomate car la tige n’émet pas de racines.

Quelles espèces repiquer en contenants ?

La plupart des plantes issues des semis en terrine et caissettes :

  • Artichaut
  • Aubergine
  • Basilic
  • Piment, poivron
  • Tomate
  • Céleri-rave, branche et à couper
  • Coqueret du Pérou et tomatillos
  • Chicorées
  • Choux
  • Laitues

Dans quels contenants repiquer ?

On utilise principalement les godets pour le repiquage mais aussi les plaque de semis aux alvéoles de taille moyenne à grande.

Quel terreau utiliser ?

Le terreau horticole est de bonne qualité pour effectuer les repiquages et rempotages. Les terreaux de rempotages sont généralement de qualité moindre, mais meilleur marché. Il est possible de les enrichir avec du compost mûr à raison de 30 % de compost pour 70 % de terreau de rempotage.

Conseils pratiques lors du repiquage

Il faut toujours humidifier généreusement la terrine ou la caissette dont les plantes vont être repiquées. La transplantation est ainsi plus facile et la reprise des plantes est meilleure.

Essayez, dans la mesure du possible, de ne pas dépasser le stade optimal (souvent 4 feuilles vraies) de repiquage. Au delà, c’est bien entendu possible de repiquer, mais les plantes subissent plus de stress et peuvent avoir des difficultés pour repartir.

Repiquer en place = plantation

Ce sont surtout les espèces produites en caissettes, terrines ou en pépinière de pleine terre. Par exemple les poireaux semés en pépinière de pleine terre en mars – avril sont repiqués en place lorsqu’ils atteignent la grosseur d’un crayon en juin – juillet.

Quelles espèces repiquer en place ?

  • Betteraves
  • Chicorées
  • Choux
  • Endives
  • Laitues
  • Poireaux

Rempoter

Peu de plantes doivent être rempotées, mis à part si vous cultivez en pots. Toutefois les plantes potagères semées en début de saison comme les aubergines, les premières tomates, les piments et poivrons peuvent être rempotés en attendant leur plantation définitive.