La terre cultivée doit rester meuble et aérée pour être la plus productive possible et ce qu’elle que soit sa texture dominante. C’est encore plus vrai pour une terre à dominance argileuse qui est lourde de nature. Le problème est qu’en jardinant, nous tassons la terre cultivée avec nos allées et venues sur les différentes parcelles de légumes. Or il faut l’éviter au maximum !

Comment faire alors ? Il est nécessaire de délimiter des zones dans le potager :

  • Des zones où l’on peut marcher : Ce sont les allées et les passe-pieds.
  • Des zones où l’on évite autant que possible de poser les pieds (hormis certains travaux) : Ce sont les planches ou plates-bandes de culture.
planche-culture-photo

Nous allons voir ci-dessous, comment créer ces plates-bandes légèrement surélevées en pratique. Mais il est d’abord nécessaire de répondre à diverses questions pratiques.

Comment déterminer la longueur des planches de culture ?

Il est bon de conjuguer entre le côté pratique et la place disponible. Plus vous aurez d’allées et moins vous aurez de surface cultivée. Vous pouvez cultiver une planche de 10 mètres de long mais est-ce pratique à cultiver ? Si vous souhaitez faire le tour de la planche (sans marcher dessus) ça va être assez long et pénible au final, vous tenterez d’enjamber et finirez par marcher sur la planche de culture.

Par contre si vous décidez de diviser cette planche en deux : Deux fois 4,5 mètres de long et une allée centrale de 1 m, il sera beaucoup plus simple de passer d’une planche à une autre.

Afin que ce soit agréable et pratique je recommande de ne pas dépasser les 5 ou 6 mètres de longueur par planche de culture.

Allons plus loin, avec un schéma :

planche-culture

Comment déterminer la largeur de la planche de culture ?

Il est courant, chez les jardiniers qui adoptent cette méthode, que la largeur de la planche fasse 1,2 mètre.

Pour ma part je pense que l’ensemble des travaux à réaliser sur une planche doit avant tout être ergonomique.

Lorsque l’on se trouve d’un côté de la planche on doit pouvoir atteindre aisément la moitié de largeur voire la totalité de la planche pour gagner du temps de travail ! Nous ne voulons pas nous casser le dos pour un travail de désherbage minutieux à la main ou pour un semis ou une plantation au milieu de la planche.

A l’inverse cette largeur ne doit pas être trop petite, par exemple si on veut installer un tunnel de forçage, ou tout simplement avoir suffisamment de place pour qu’un légume se développe harmonieusement, par exemple un simple pied de courge peut s’étaler sur un rayon de 2 mètres en tous sens (ceci dit on offrira une planche spécialement large aux courges).

Définir la largeur en fonction de la taille du jardinier

Une largeur de 1,2 mètre est bien adaptée pour les personnes de grande taille. C’est la largeur de mes planches de culture et je mesure 1,84 m. Optez pour une largeur de 1 m ou 1,10 m si vous mesurez dans les 1,60 m afin d’accéder plus facilement au centre de la plate-bande lorsque vous êtes accroupi.

L’avantage certain de ces grandes largeurs est que nous pouvons placer deux rangs de plantes potagères à grand développement sur une seule planche (par exemple les tomates) et nous pouvons aussi faire des associations de trois à quatre lignes de potagères de moyen ou petit développement.

Cependant, dans la pratique je trouve cette largeur parfois trop grande pour effectuer des travaux minutieux, par exemple lorsque je me trouve d’un côté de la plate-bande et que je souhaite accéder au côté opposé, pour désherber par exemple.

Dans la méthode de culture bio-intensive (développée par John Jeavons) les plates-bandes font généralement 75 cm de large. Cette largeur est vraiment pratique pour réaliser l’ensemble des travaux d’un seul côté de la planche. Mais l’inconvénient est que nous réduisons surface cultivée en multipliant le nombre de passe-pieds. Ceci dit c’est vraiment plus agréable de travailler sur des planches de petite largeur que des grandes.

Il y a donc un compromis à trouver !

Je vous invite donc à tester différentes largeurs pour définir ce qui vous convient le mieux. Est-ce la plate-bande de 75 cm de large ou celle de 100 à 120 cm ? Vous pouvez aussi envisager d’avoir un mélange des deux largeurs de plates-bandes.

Comment déterminer la largeur des passe-pieds ?

Soit vous définissez la largeur de ces passe-pieds en fonction de comment vous êtes à l’aise pour marcher et travailler sur cet espace restreint. Il faut au minimum pouvoir mettre les pieds perpendiculairement à la planche (comme je le fais sur la photo ci dessus).

Soit vous décidez (on va y venir ci-dessous) de prendre la largeur de votre tondeuse. Cette largeur varie en général de 35 cm à 46 cm. Je ne prend pas en compte les tondeuses autoportées, ceci-dit si vous avez un très grand jardin, pourquoi pas !

Comment gérer les passe-pieds ?

Faut-il laisser la terre nue, la pailler, cultiver de la pelouse ou un engrais vert ?

Première option : Laisser la terre nue

En choisissant cette option, vous aurez rapidement des inconvénients. Le premier c’est que vous devrez passer régulièrement le sarcloir.

Le second c’est que la terre est tassée à cet endroit (mais on le veut bien) et des espèces difficiles à désherber vont se développer (ex : chiendent, des graminées en général). Le désherbage sera donc assez difficile, même à la ratissoire provençale.

Seconde option : Pailler

Très bonne alternative car vous aurez très peu de désherbage à faire. L’inconvénient est qu’il faut beaucoup de paillis car il faut tout de même déposer une belle épaisseur. Il faut privilégier les paillis de longue durée comme de la paille ou du broyat de bois.

Troisième option : Semer un couvert

Cela peut être une pelouse (elle peut y être avant d’installer le potager) ou mieux un mélange de pelouse et de trèfle. Le trèfle est une légumineuse qui fixe azote de l’air. Il va enrichir les allées et les vers de terre endogés (ils font des galeries horizontales) déplaceront une (petite) part des nodosités mortes vers les planches de culture. Il ne faut pas non plus tout miser la dessus pour fertiliser les planches de culture ! Mais ça y contribue certainement.

Vous pouvez ainsi passer régulièrement la tondeuse.

Quels sont les inconvénients ?

  • La pollution résiduelle qui tombe sur les légumes si c’est une tondeuse thermique. Même si c’est infime on peut se poser la question.
  • Si la tondeuse est électrique c’est le fil qui sera embêtant à manipuler avec les planches de culture. Il faudra faire une marche arrière pour changer de passe-pied.
  • La solution écologique c’est la tondeuse à main. Il en existe de différentes tailles et en général elles ne sont pas excessives en terme de coût. Budget entre 50€ et 250€.

Laissez aller votre créativité

Comme pour les jardins ornementaux vous pouvez vous permettre des originalités tout en gardant les principes de cette méthode.

Par exemple, tourner l’axe de certaines planches (c’est ce que je fais dans mon potager). Ainsi, d’un point de vue pratique, on peut plus facilement jouer avec les ombres portées par certains légumes (cultivés sur un axe Ouest-Est) pour abriter des légumes qui ne supportent pas trop le soleil de l’été. Voyons sur un schéma :

planche-culture-axe

Cela permet de multiplier les planches et de se faire des petites ballades en été. Car quand les plantes potagères, aromatiques, et fleurs annuelles prennent leurs pleins volumes, leurs parfums, leurs couleurs, le potager devient un lieu vraiment très agréable à vivre et à observer !

Comment orienter les planches de cultures ?

Comme nous l’avons vu dans l’exemple ci-dessus les deux axes sont possibles (on pourrait aussi rajouter les axes NO-SE et NE-SO). Je veux tout de même apporter quelques recommandations :

Une planche de culture orienté sur un axe Est-Ouest va capter un maximum de soleil. C’est idéal pour les cultures de printemps, d’automne et d’hiver ainsi que pour les cultures qui aiment le soleil en été (tomates, aubergines, piments, etc.). Dans le Midi et en particulier en Provence cet axe sera à considérer avec précaution pour limiter les risques de brûlures et de montaison trop rapides. Au contraire dans le Nord de la France, Suisse et Belgique, c’est un axe intéressant pour ces cultures exigeantes.

L’axe Nord-Sud permet une meilleure distribution du soleil. C’est l’axe que j’utilise pour la plupart de mes cultures (je suis à Angers). Il faut essayer de placer des légumes gourmands en soleil à l’extrémité sud des planches de culture.

L’axe Nord-Est/Sud-Ouest est intéressant car il permet de capter rapidement le soleil du matin. Par exemple, c’est un bon axe pour sécher rapidement l’humidité du matin sur des cultures sensibles (tomates).

Comment créer une plate-bande légèrement surélevée

La méthode que je présente ci-dessous est adaptée si vous optez pour une gestion des passes-pieds en gardant la terre nue ou en envisageant de la pailler. Si vous optez pour un passe-pied enherbé (pelouse, trèfle blanc), alors vous devez ameublir la terre uniquement sur la plate-bande.

Je souhaite créer une nouvelle plate-bande entre les framboisiers et la plate-bande des échalotes
Je souhaite créer une nouvelle plate-bande entre les framboisiers et la plate-bande des échalotes
Matériel, une grelinette ou un fourche bêche, une pelle, un cordeau, des piquets
Matériel, une grelinette ou une fourche bêche, une pelle, un cordeau, des piquets
Commencer par placer les piquets en délimitant les passe-pieds
Commencer par placer les piquets en délimitant les passe-pieds
Ameublir la terre à la grelinette
Ameublir la terre à la grelinette
Parcelle ameublie - a gauche ce sont des plants de safran
Parcelle ameublie et placer le cordeau- (à gauche ce sont des plants de safran)
Avec la pelle, mettre la terre du passe-pied sur la plate-bande
Avec la pelle, mettre la terre du passe-pied sur la plate-bande
Égaliser la parcelle au croc et désherber. Cette plate-bande pourra maintenant être cultivée et améliorée dans le temps. Le passe-pied peut-être recouvert de paille.
Égaliser la parcelle au croc et désherber. Cette plate-bande pourra maintenant être cultivée et améliorée dans le temps. Le passe-pied peut-être recouvert de paille.